02/07/2007

Mini-Abramovitch en Belgique?

Il y a longtemps qu'on sait, ou imagine, que des dirigeants entretiennent des relations dangereuses dans des milieux à éviter comme la peste. Les bougres ont le couteau sur la gorge et ils ferment les yeux quant à la provenance de certains flux financiers.

 Eddy Wauters, président de l'Antwerp (D2), a récemment été indiqué du doigt par la justice. L'Union Belge n'enquête pas sur l'origine des fonds investis dans les clubs. N'a-t-elle pas les moyens de s'intéresser à ces dérives dangereuses? Probablement. Ce n'est pas le cas de la justice qui sait que certaines machines à laver (le fric) pourraient être montées (si ce n'est déjà fait) à gauche ou à droite.

 En Angleterre, c'est aussi triste qu'affligeant et immoral, tout le monde se moque de la façon dont Roman Abramovitch a acquis sa fortune. Il y a quelques années, peut-on lire dans le livre de Jérôme Jessel et Patrick Mendelewitsch (La face cachée du foot business édité chez Flammarion), le propriétaire de Chelsea n'avait pas de quoi payer un hamburger à son épouse. Il aurait détourné des centaines de camions citernes bourrés d'essence, mis la main sur des raffineries. Des sommes très importantes que le fonds monétaire international destinait au redressement de la Russie ont disparu: suivez le guide.

 Le football est de plus en plus dirigé par des forces mystérieuses bien placées dans des paradis off shore. Un jour, cela mettra tout le foot... off side. C'est pour éviter cela qu'il faut mettre... hors jeu les mini-Abramovitch qui pourraient se jeter sur notre D1.

 Les huiles de l'Union Belge feraient bien de lire l'enquête de Jérôme Jessel et Patrick Mendelewitsch. Un homme averti en vaut deux...

18:25 Écrit par purfootball dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.