21/07/2007

Stade des champs, stade des villes

A Charleroi, il est beaucoup question pour le moment des problèmes de l'Olympic. La Neuville n'est plus taillée pour abriter les matches de D2. Les Dogues ont dès lors frappé à la porte des Zèbres. Au-delà des soucis de ce partage se pose tout le problème des stades. Une région ne peut plus réserver tout un complexe à un seul club. Cela coûte très cher aux contribuables: il faut gérer, rentabiliser, moderniser, entretenir, partager.

 Un stade dans la cité, c'est évidemment magnifique et on y retrouve le caractère d'un terroir. Mais,  à notre époque, cela pose de gros problèmes de place, de confort, de mobilité, d'organisation, de sécurité, etc. J'adore le magnifique stade de l'Union Saint-Gilloise, entre autres, qui se love sous les frondaisons su Parc Duden. Au début des années '60, j'y vendais la Butte, le journal du club, avec mon frère. Des milliers de supporters envahissaient la chaussée de Forest.

 Cette époque bénie est hélas révolue. Les spectateurs attendent du confort et de la place. Etouffées, beaucoup d'enceintes s'éteignent dans les villes: Schaerbeek, Boitsfort, Tilleur, Rocourt, etc. S'ils veulent être à la page, les stades devront prendre le chemin des champs.

 

A demain   

10:57 Écrit par purfootball dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.