14/08/2007

Heylens à propos de Fenerbahce

Ce n’est pas la première fois de son histoire qu’Anderlecht se mesure à Fenerbahce en Coupe d’Europe. Pour le moment, le vieux club turc ne se porte pas comme un pacha et s’interroge à propos de ses stars (Roberto Carlos, Alex, Kezman, etc.) qui tardent à mettre le train sur les rails. Les Mauves ne s’en plaindront pas avant leur match de demain 20 h au stade Saracoglu. Dans la délégation belge qui s’est envolée  en direction du Bosphore, peu de personnalités se souviennent du duel qui opposa les deux clubs en 1965. « Ce fut une fameuse aventure », raconte Georges Heylens. « A notre arrivée là-bas, nous avons découvert un terrain sans la moindre tige d’herbe. Rien que de la terre et du sable. De plus, au début de l’entraînement à la veille du match, l’éclairage du terrain s’est éteint. Une panne ? Peut-être. C’était le début de la guerre psychologique. Notre délégué enflamma  des journaux aux quatre coins de la pelouse pour que nous puissions y voir quelque chose et échanger des ballons. Ce fut 0-0 là-bas et un beau 5-1 à Bruxelles nous qualifia pour le tour suivant. Plus tard, j’ai coaché en Turquie (Gençerbiligi ainsi que Gaziantepspor), et je suis encore sous le charme de cet immense et magnifique pays qui adore tellement le football. Et il en a fait des progrès depuis 1965. »

Cette année-là, Anderlecht aligna l’équipe suivante à Fenerbahce : Trappeniers ;  Heylens, Verbiest, Plaskie, Cornélis ; Bergholz, Kialunda, Jurion, Puis ; Van Himst, Stockman.

 Pas mal du tout… Salut  
 

 

18:09 Écrit par purfootball dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.