22/08/2007

Kompany : tais-toi et joue

Quatre ans après avoir été sacrés meilleurs buteurs de D1 (22 buts chacun), Cédric Roussel et Wesley Sonck sont revenus au pays. Le premier a retrouvé Mons qu’il n’aurait jamais dû quitter et son compère espère se refaire une santé à Bruges. Mais s’il est question de quelqu’un, c’est surtout de Vincent Kompany. Magnifique footballeur et personnalité intéressante, riche. Mais il a aussi ses limites.

 La presse est exigeante et apprécie les joueurs qui ont un message, de la culture, un avis sur tout. A Hambourg, Kompany a joué quelques matches après une blessure et une opération et cela a suffi pour qu’il décroche la « une » de la presse. Et de quoi a-t-il parlé principalement ? De son jeu ? De son adaptation en Allemagne ? De ses progrès ? De ses objectifs ?

 Non : il l’a fait en jouant bêtement au politicien, en lançant un débat communautaire (autour de l’équipe nationale où il n’a pas souvent brillé) qui le dépasse largement, d’autant plus qu’il est inexistant. Ce n’est pas son terrain. Kompany doit retrouver la seule tribune où il peut nous faire rêver et se forger un palmarès: une pelouse de football. Son blabla a terni son étoile. Pour repartir du bon pied face à la Serbie, il n’y a qu’une solution, Vincent : tais-toi et joue.

 Salut, à demain. Si ce blog vous plaît, parlez-en à vos amis : http://purfootball.skynetblogs.be

07:31 Écrit par purfootball dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Comment Vince peut-il se permettre de tels commentaires quand l'équipe nationale tourne aussi bien... pfff t'en fera jamais de bonne Vince!

Écrit par : Loki | 22/08/2007

Les commentaires sont fermés.