17/09/2007

Coaches belges, coaches tristes?

 Il y a un malaise dans le coin des entraîneurs belges. Aucun n’est cité au top européen de la corporation. La disparition de Guy Thys et de Raymond Goethals, ainsi que le retrait de Robert Waseige et même d’Aimé Anthuenis, ont laissé un immense vide. Certains se débrouillent bien sur la scène nationale : Georges Leekens, Michel Preud’homme, Hugo Broos, etc.

 Le football belge avait misé beaucoup d’espoirs sur les Diables Rouges des années ‘80 et ’90 : sont-ils devenus de bons coaches ? A part, Eric Gerets, aucun n’a véritablement réussi à l’étranger.  Beaucoup se sont transformés en  pisse-vinaigre. Hé, vous ne savez plus rire, bordel ? Ils risquent de s’encroûter en D1. Là, on a besoin de jeunesse, de dynamisme, de regards frais comme des yaourts. Il faut aller les chercher ailleurs.

A l’Olympic de Charleroi, par exemple. Je connais ce diable de Danny Ost que j’ai revu récemment. Quel charisme, quelle force, quelle modestie, quelle connaissance du football. Il rêve de la D1. Le Zèbres le sondèrent autrefois avant d’opter pour Etienne Delangre.  Que ce soit avec les Dogues, magnifiques leaders de la D2,  ou à la tête d’un autre club, cet homme réalisera un jour son ambition.

 Cela fait du bien de rencontrer un entraîneur heureux d’exercer un  beau métier.

 Salut, à mercredi.

22:30 Écrit par purfootball dans football | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.