21/10/2007

Renard : drôle de colère

 Le Club Bruges est le grand vainqueur de la 10ème journée et revient à trois points du Standard tout en n’ayant pas encore trouvé la solution à tous ses problèmes. Anderlecht a émergé à la sueur de son front contre les Buffalos gantois (2-1). Le Standard a souffert à Mons et n’a pas pu protéger son avance jusqu’à la fin du match. Mons méritait largement son nul (1-1). Mais, au-delà  de ce résultat, de premières lézardes sont peut-être apparues dans le ciel liégeois. Olivier Renard a tenu des propos incendiaires face aux journalistes. Revenant de blessure, il pensait que MPH devait lui rendre ses galons de titulaire à Mons. Le coach liégeois estimait, et c’est bien son droit, que Renard n’était pas totalement prêt. De son côté, Andres Mendoza n’avait pas démérité. Alors, gaffe ou coup de force d’un  gardien de but qui n’a jamais eu la cote, dit-on, auprès de la haute direction du Standard? Il y a beaucoup en jeu pour lui car il sera en fin de contrat au terme de la  saison.  A force de travail, il s’était frayé une belle place en D1, au point d’attirer le regard de Vandereycken. A-t-il eu peur de perdre tous ses acquis en étant relégué pour de bon sur le petit banc ? Peut-être mais  cela n’excuse pas cette stupide crise de colère. Ses propos sont aussi des attaques à l’égard de MPH qui l’a toujours soutenu. Renard devra certainement rendre des comptes.  Est-ce le début de la fin pour Renard au Standard?  Il faut le craindre pour lui car il a probablement déclenché un premier malaise qui pourrait ébranler le groupe.

23:27 Écrit par purfootball dans football | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Ce manque de patience de la part de Renard est assez décevant et surtout pas très professionnel.

Il est vrai qu'il a quitté sa place sur une blessure et non suite à de mauvaises prestations. Mais Espinoza (et non Andres Mendoza) a plutôt bien rempli son rôle de doublure et il était dès lors difficile pour Michel Preud'homme de le remettre sur la touche.

Quelle que soit la décision prise par le coach liégeois, il y aurait de toute façon eu un déçu (voir deux, car De Vriendt méritera lui aussi d'avoir sa chance un jour ou l'autre). Mais là où l'un a su attendre sa chance pendant plus d'un an, l'autre a une réaction incompréhensible.

Dommage qu'un tel événement viennent un peu envenimer le quotidien d'une équipe qui semblait au beau fixe depuis le début de la compétition.

Écrit par : Simon | 22/10/2007

Les commentaires sont fermés.